BlueOrange-World

« Le monde est bleu comme une orange » (Paul Eluard)

Cambodia-Thailand: July-August 2011

September12

Ni le temps ni l’envie cette fois  d’en tenir le journal de bord mais encore un beau voyage….

Cambodge meurti et bouleversant , Thailande encore et toujours un de mes pays de coeur ….

A lire absolument  sur le génocide perpétré par les Khmers Rouges  : -”D’abord ils ont tué mon père “de  Loung Ung ( Plon)                                               Une Anne Frank contemporaine , un témoignage d’une rare force d’évocation…

Rajasthan : April 2011

April26

English / French versions:

LA VERSION FRANCAISE EST APRES LA VERSION ANGLAISE.

EXCEPTIONNELLEMENT, à cause de la longueur du texte, LES PHOTOS SONT TOUT A LA FIN.

Thanks and hugs to my friend Dave who, although his Mum passed away on the 23th of May, carried on proofreading my texts ( if there are some mistakes however, they are mine ) xxx

SATURDAY 9TH APRIL: Bournemouth –Heathrow- India

When the taxi arrives at mine for 6 am, (with its driver listening French songs from Enrico Macias!) I already know how long the two following days will be !! It has already been such hard work to combine Clement and Amelie’s flights with mine there and back, as Amelie had to reach Reunion Island via Paris Orly Airport and Clement had to reach Pau ( France) via Paris Charles de Gaulle Airport …The coach drops us off at Heathrow terminal 5 at 8 am and I let Amelie manage things as she has never travelled by her own and is more bashful than Clement. Today she will have to get another terminal at Orly by Orlyval. Then we leave her at 10 am and I follow Clement who will take off from Heathrow terminal 4 , it’s quite easy by train and he gets by very well. Unfortunately, after waiting hours, we discover that Air France had changed its rules about minors below 15, Clement has to be “escorted” as a child, which was not relevant before after 12 years old , and I have obviously to pay an extra charge for this compulsory service…I’m not happy with that but Clement’s face when he realises he will have to bring the UM envelop around his neck ( the same Clement who went alone from Reunion and changed in Paris last November!!) is very funny!!!!!!

As we have still to wait for hours, I ask for an appointment with an immigration officer later, because it’s by far easier to leave England than to get into, and I’d like to avoid all the trouble we had twice before , besides Clement will arrive 2 hours before me on his back way…The person we meet is very knowledgeable and helpful, I explain everything and when I ask him if he could help us , he verifies he will be on duty on the 24 th and gives Clement his name, so that he could be called in case of problem…Clement eventually boards about 3:30 pm The stewardess ,is completely incredulous when seeing him!! I go back to Heathrow terminal 5…My turn now!!! I start to realise I leave England too, but I have to wait until 9 pm before my plane lands, fortunately on time.

SUNDAY 10th APRIL : Slowly reaching India ….

My airline company there and back ( 5 planes) is Kingfisher. I had never heard of it before booking my trip , and I had seen when checking on the internet it speaks highly about its’ safety and service. It’s true that the service is perfect: welcoming small gifts, many cocktails ( let’s go for a gin tonic!), 5 course meals with crockery and cloth towels, small attentions… At Mumbai I am amongst the first people going through the immigration control, and when I arrive to the baggage claim , all the bags have already arrived !!!( What about Corsair?? Not really the same!). I am supposed to have to wait 5 hours but it will be longer because the plane from Mumbai-Delhi is late , I have to get another terminal and the difference of standard between the international flights one and the national flights is obvious…The loos are , how to say,…local ! Here am I in Delhi, without regret needed about me being late, as the Delhi-Jaipur flight which I was supposed to take has been cancelled, and the next one too!! We will land from Delhi at 9:30 pm, which means three and half hours late …Jaipur finally!!! I take a taxi and arrive at one of the guest-houses referred to in my French guide, in which I will have a small bedroom with common bathroom. Nothing else available but less than 6 euros and wifi!! Later, on the very nice roof terrace I take a banana shake with 2 French people…From Parker Road to my guest-house, I have spent more than 36 hours travelling!!!

MONDAY 11th APRIL : Jaipur and Amber…..and how ‘exotic’ I am for Rajasthani people !!

I go by foot towards the famous ‘winds palace’ with a wonderful pyramidal façade over several layers. The wind can circulate to refresh the atmosphere and its’ many bay windows allowed the women of the harem to observe the street without being seen. I then take a local bus to visit Amber Palace, 10 km from Jaipur. The traffic is insane, I have realized it while being on foot, but it’s the same with cars! In the cacophony of hundreds of permanent horns, everyone rushes without ever slowing down … Obviously the bus is crowded but young students leave me a place and begin kindly to jabber in English. Then they want me to take pictures and do the same with me on their mobile phones. Soon others begin to ask! The atmosphere is very friendly!

Amber is in fact a fortress perched on a cliff and surrounded by a 9 km wall. According to the ‘Rough guide’, the fort “commanded a narrow strategic gorge on the road to Delhi and was the capital of many dynasties.” The site is actually very beautiful. The first surprise is that I expected to be overrun with tourists, but there are hardly any tourists! (I have met only a dozen during the day). The second surprise is the extreme kindness from all Indians I cross, people greet me, want to communicate, and so many want to be photographed, without asking a single rupee! I lost count of families, young people , elderly … asking me for a picture and it is great ! A scooter driver even deliberately stopped to ask me to photograph him … But the biggest surprise, and what delights me ,is that for once we are equal: I’m at least as exotic to these people that ‘they are to me, some parents show me (kindly ) to their child and I am asked many times in the day if I can MYSELF be photographed alone or in company with Indians …

The visit to Amber Palace does not last for hours because in fact it is empty. Gynoecium is a maze of corridors, alcoves, hallways, courtyards … (to be honest, it really looks like a prison …) with 12 hidden passages that led to the apartments of the 12’s favorites Maharaja …. (The 300 “basic” concubines lived outside …) We must therefore imagine everything, whether here or in the lobby of public hearings, or in the private hearings, or in the House of Winter … But it’s a very nice visit. I will also see Jaigarth fort , which is 1.5 km from Amber with a small paved road: nothing special , but once there the ride is beautiful and the views are great .

Then I’m hungry! There is no choice, no tourists, no restaurants, but here are some large tarps stretched in the first beautiful place inside the citadel, sheltering some huge pots, everyone stands in line with his tray before going to eat on the floor and I decide to do the same. When I approach the line, they ask eagerly if I want to eat. … Er, yes … It is a restaurant, right? Once I am served, I also sit cross-legged to eat. Immediately my neighbors appear kindly, wishing I could photograph them! Many people come to me. Unfortunately the Indian English is pretty special … The meal, a vegetarian one of course, is very good, tasty and spicy without being too much. But I start to wonder if this is a restaurant … At the end of the meal, everyone, including me, dips bowls in several successive basins, the dishwasher … I took a photo, so as you can judge … Generally I have a stomach and intestines that support any exotic food, however, given the conditions of the dishes, I think this meal will be a test! The youth group who manages the organization is really nice, we are left to chitchat and for photos: alone, or them with me, again and again … … (Long live digital!). Funny detail: when I want to pay, my doubts are confirmed … It is not a restaurant but a meal offered to everyone, and this is in honor of a religious ceremony! Organizers and participants were visibly delighted that one tourist invites herself to the meal! Later, I see all the audience standing in line to pray with hundreds of their offerings, atmosphere no stranger to me because it’s the same in the Hindu temples in Reunion island…. I do not know if the atmosphere will be as authentic and respectful throughout, (around the Taj Mahal for example, I doubt about it) but this first day in India is very positive … I was apprehensive that an attitude of North African type aggressive selling, I really felt the hospitality and respect, even in the bazaar this morning. I go by tuk-tuk and discover they have a speedometer (not in service of course)! After a good shower, I eat at the hotel restaurant on the roof. It’s a real restaurant, the decor and lighting are fine … I offer myself a mojito and a nice plate of Indian cuisine accompanied by its local bread for 180 rupees … 3 euros.

Monday 12th April :Bundi , I loved this city so much !

After my breakfast, I reflect on how to start my journey. Rail, bus or car .The ‘Rough guide’ is very clear about it : because of the low fares, the piece of advice is to rent a car, especially for someone who has little time like me. The road network is indeed deplorable and Rajasthan is as large as two thirds of France. However I go to the train station to get information about train travel but the long queue outside the special ticket office for foreigners, the disabled and I do not know which other specific categories discourages me … On platform 1, an employee of the Government Tourism Office welcomes me and makes me a quote for 10 days and over 2500 kms: it’s reasonable but I find it a bit expensive moreover I want to know the prices of a driver who came to offer his services in proper English at the entrance to the station… he shows me two books of references in all languages, I can read only those in French and English but they are all positive! After a severe negotiation, the deal is ok. I return to check-out at my hotel, drink a lassi then eat sheep with spinach, very good with a Kingfisher beer, (I can not tell if this is related to the plane company!)

At two o’clock we head towards Bundi, a small town nestled in the unspoilt foot of a majestic palace … and a fort , of course! We will spend 4 hours to do the 160 kms in a small white Tata with A/C, but on rough roads with large sections under construction. A lot of trucks use the roads, they are very high (as some 4×4 coaches in Bolivia) and are all carefully decorated with paintings and naive slogans on the sides and rear, strings of black wool pompoms mirrors, metallic Christmas style garlands everywhere … We also come across a lot of tractors with trailers decorated in the same way. But what a dust! Relating to vegetation, we first cross desert and monotonous plains , and later we see more of agricultural parcels. Apparently , the wheat has been harvested mechanically on larger properties, we also meet many beautiful new harvesters, but in most of the plots we see that the harvest work was done, or is being done by hand … Some families are cutting the wheat and transporting it in large woven tarpaulines. Whatever the circumstances, women wear saris, which is the every day garment.

Here I am in Bundi, a pretty little town that is not yet touristic . Visiting the palace is planned for tomorrow but I start to walk in the streets with a great pleasure and without being bothered at all. I then notice people flocking to a place where a brass band is waiting, as well as two beautifully caparisoned horses, a giant black stilt, a palanquin filled with rose petals. … It’s still a religious ceremony! An orange fabric is tied around my neck and everyone seems very happy with my presence … I follow the procession for a while constantly asked to take pictures, I can’t believe it! Later, a meal in a real spit and sawdust place (nothing else) is a bit disappointing, I should look into the ‘Rough Guide’ and learn some names of dishes or I’ll always eat the same thing … No wifi at the hotel, however, I prepare my comments and sort my photos.

Tuesday 13rd April : From Bundi to Chittorgarh

While breakfast is prepared .. very slowly …on the rooftop terrace of the hotel, I go back to town for a while to take some photos and to immerse myself again in this authentic atmosphere, with both lively and serene scenes of everyday life , as the holders of water throughout the city with large brass pots hanging from their bikes, like the man who washes himself in a fountain while his wife washes clothes next to him, as this grandfather in the doorway of his shop who rocks a small baby, as these little girls in uniform who take me to visit their school … Many houses are tinted blue and I understand from the explanations of Moin, my driver , this is lime in which for centuries people add blue pigments, known to scare away mosquitoes.

Visiting Garth Palace is very interesting. Following the advice of Rough guide, for 200 rupees I use the services of a guide who speaks good English (well, an English that I understand!) and who guides me and opens up the rooms in this huge building on a mountainside. From there, the views of Bundi, the blue city, are really beautiful. There are especially admirable paintings of the 18th century in several rooms and a gallery representing several hunting scenes and many episodes of the life of Krishna and Radha his wife. I don’t go up to the fort that overlooks the palace, I have understood now that Rajasthan is full of palaces and forts, so I will only visit the most beautiful! However, Moin took me to see a beautiful landmark, a well, almost 20m deep, built in the late 17th century. Alas, it is completely dry: for the last dozen years, the monsoons have been erratic and the country is desperately short of water . I then go and see a second well that Moin did not know, although he has been doing this job for 11 years .He’s happy, he will be able to take other tourists there! Although the first well was covered, this one is open- air but it is also huge and very attractive with a complex set of stairs that could allow people to get water whatever the level … I had never seen a pit like this, they should be so beautiful if there was water …

Then we go away for a 3- hour drive, first of all by small roads where it is hard to overtake trucks, tractors, motorcycles and zebus … After an episode rather more “borderline ” than others (although Moin drives very well), I said with a laugh that I would not enjoy driving in India, he replied that indeed it is like a video game! But then by a dirt road that is actually an incredible ramp, we take a highway : yes, a highway, with its’ 2 x 2 lanes (where the speed limit is 90 miles per hour, 60 for buses) and its toll road: a cabin attendant, a guard with a gun to convince, I suppose, recalcitrant people , and a third employee to move a barrier in front of each car … Today I discover a veritable landscape of plateaus which are very dry and stony, and soon there are many marble quarries on both sides of the road. We arrive at Chittorgarh, the ancient capital of Mewar, which has one of the most impressive forts of Rajasthan. … it’s impossible not to see on the mountain this wall which is 20 km long… But hotels are expensive, it’s impossible to find a room for less than 800 rupees, in a hotel that was maybe good a few decades ago! However, thanks to my dear Rough guide (I’ll try not to lose it on my way , this one!), I eat very well-Ritu Ratika Vak: a mango juice and a bottle of water, a very good vegetarian dish with nans and lassi for Rs 150, 2.5 Euros.

Thursday 15 April: Chittorgarh and Udaïpur

Moin brings me to the city by a road that zigzags along seven gates , it’s a real city with fortified walls, impressive arched niches and loopholes. The construction of palaces, temples and ponds spanned several centuries, but the main monuments (only magnificent temples and a tower are remaining ) date from the 15 th century .As the site is huge , I ask for a guide but this is not a great success as his English is extremely limited: at least with him I can avoid getting lost !: All the stones of the temples have been recently cleaned with chemicals, and although it’s beautiful I can’t imagine the conditions in which the workers have worked: the previous day in fact, a young worker was using acid to clean the stones of the first well without any protection other than gloves and he was sniffing the corrosive fumes … My favourite monument is the Tower of Victory, which has 9 floors and 157 steps but also a very original architecture: the staircase is actually a tower within the tower, with beautifully carved doors that provide access to each level. The fortress built on a rocky outcrop had large reserves of water from several lakes and a small summer palace stands proudly in the middle of one of them .. Unfortunately, there is also a severe lack of water …

After the tour, we take the highway to the 110 km driving to Udaipur. Fantastic, we’ll do that in just over two hours! On the way I talk with Moin about education in India. He explains to me that the government schools are almost free (1000 rupees per year) but are so bad that only those who have no choice enrol their children there . At least they do receive minimal education. This is not true for everyone and I have noticed in shops or in fields that many children are already part of the working life, and Moin tells me that in rural areas many do not attend school (and I guess, even if I don’t want to argue, that girls attend even less). Moin put his four children in private schools, which cost him 22,000 rupees per year per child, excluding books, uniforms etc…

Here we are in Udaipur and I have time to hang out in town. It’s an old city with narrow and lively streets, with Baroque palaces, beautiful street scenes and a rich craft industry : I think I am going to like it … There are actually very tempting craft shops (woodworking , miniatures …) and more tourists, but everything is relative, I mean a few dozen … I have my meal on a roof terrace as usual, it’s fun to climb 4, 5 or 6 floors by stairs and narrow steps lead to the very high rooftop and enjoy breathtaking views, but I pity the servers. Even in this touristic town, most of the dishes in the restaurants are vegetarian ones and I realize I have not eaten meat for several days … No way anyway to find a tender rib coast! Tonight my room in the Kesar Palace is very nice and clean for 700 rupees. and even the wifi works, for one hour!

Friday, April 15: Udaïpur- Kumbhalgarh and probably the only Indi sound and light of all my life!

The morning, a small “detail” that changes everything: For 200 rupees I have acquired a young guide who speaks very good French to accompany me while visiting the City Palace Museum, and it’s good! I have eventually understood everything about the battles between the Raipoutes (Hindus, who created the cities of Jaipur, Jodhpur, Udaipur …) and the Mughals (Muslims), among the Maharajas and Maharanas … The guide told me he had learned French in only 6 months, I’m completely jealous … The palace is an amazing and gigantic edifice built in 1559 and continuously expanded later by 24 generations of Maharanas. The latest one is an astute businessman who lives six months a year in London and owns several luxury hotels, including the Lake Palace Hotel, one of the finest hotels in the world, which is a part of his palace. I sail for one hour on Lake Pichola, which allows me to enjoy the beautiful views of the various temples and palaces, and to gauge the size of City palace … It is over 35 degrees today and while hearing the sound of running water, I find myself dreaming of a pool … I’ll only have a drink in the living room’s air-conditioned hotel on the island once we have berthed .. No time to hang out or even to make purchases: Moin is very direct and I am informed 4 times that we will hit the road at 2 o’clock! I get back the clothes I had put out the day before to wash (68 rupees for 7 pieces) and we leave for a two hour drive to Kumbhalgarh. Soon we see the rural life with its’ authentic scenes, especially those connected with harvests. Moin stops for a moment so I can take some pictures and the people who surround me show interest and kindness. I am glad to find this atmosphere again as in Udaipur, a more touristic city , I found that looks and behavior were somewhat different. We arrive at Kumbhalgarh at 5PM to visit the fort in a soft light of late afternoon. It’s like most buildings of the 16th century, supposed to be “the longest wall after the Great Wall of China” according to a poster at the hotel. I will have to check! !The strange thing is there are walls, but, with no city protected by these walls: they seem therefore totally disproportionate. The fort is not the most beautiful of those I have visited since my arrival but the place has a a serene atmosphere and the only visitors I come across are Indian tourists. I also take my ticket to the “Sound and Light” show which takes place daily at 7.45 pm, in Hindi! It’s a very family event , there is a small plaza with 4 or 5 rows of benches, but curiously the show is very professional: the play of light, the music and how dialogues are interpreted are very nice and I let myself be taken by the magic of this timeless experience … It’s a great time! Moin then brings me back to the hotel, I ate with him on the terrace .. How garrulous he is. … I’m off as soon as I can!

Saturday, April 16: I lived to tell the tale but ….

The day starts very well, and ends quite badly ! After breakfast, I walk in the village where I stayed: Kelwara (Karni Palace, a room for 600 rupees which is very clean and tidy). Rajasthan is truly authentic, some Indians are more distant but I discover with pleasure it is not always the case. As elsewhere, women and elderly men want me to take a picture and I am invited to enter into a house where a Tamil priest is practicing a ceremony on devotees, he also puts the red dot on my forehead. Nothing mercenary, just happiness to share an important moment with a stranger … And then of course there are the beautiful scenes of street vendors (I buy mangoes), turbaned elders in their bullock carts, buses overloaded, Tata vomiting their cargo here … most women wear the sari and a red or fuchsia veil and some of them , but not the majority, cover their faces, a sign of respect when in the presence of another man than their own father or husband. However they all have a big gold ring Creole in the left nostril. We then take the beautiful road between Kumbhalgarh and Ranakpur : it is a natural valley that winds among the Arawell mountains. The mountain scenery is never boring, we move from arid expanses and rocky vistas of green to land with very grown along a river. I recognize sugar cane, mango trees, lots of cereals that families reap with a sickle and attach in large bunches. The vegetation is tropical: bougainvillea, oleander … And as usual we regularly meet harnessed camels . Then the road changes, becomes larger, more crowded when we leave the valley. We stop briefly to visit Ranakpur temple of Adinath, the largest Jain temple in India and a real gem. It is 1500 m2 and nearly 33 m height and has a succession of several dozen chapels and cupolas, and especially carved 1444 pillars, an extreme refinement … There are few groups of tourists, and for security the bags are scanned, shoulders and legs must be covered ,people can’t wear leather nor photograph the idols. The church’s interior is fresh and bathed in soft light, it’s really beautiful … Moreover, as in many places, all the stones – and I imagine what tremendous work it has been- have been cleaned with acid, and the sight of white sculptures, all different, is a marvel …

After the tour, we stopped to eat in a very basic place, I eat just a bit as I’m not feeling very well … A little later on the highway an emergency stop is needed: I am sick! I arrive at Jodhpur without another stop, but not in top form. The hotel where Moin takes me without asking is expensive (Rs 900 after rebate for any room) and I show kindly that I don’t like this principle and I would like to choice my hotels. But I am in no condition to argue… Later, feeling a little better, I enjoy swimming in the pool, which is not surprising because the outside temperature exceeds 40 degrees! I also go out to a small stroll in the old city and taking some pictures, find by chance a haveli (very nice house, palace or the equivalent in Morocco riads) converted into a guest-house. The owner is charming and proudly shows me all the rooms, where a real effort of decoration has been done, and where the bathrooms are tiled and polished: the price is 300 rupees! I decide to eat there to please him but only order a vegetable soup and a Coke ! Then I stay until midnight in the cyber cafe conveniently located opposite the hotel, allowing me to do some “there and back “….

Sunday, April 17: Jodphur-Jaisalmer, where asked in marriage!

I am quite ok this morning and I start the day in visiting the Mehrangarh fort, overlooking Jodhpur. Yes, a fort again, but they are all different and this one is worth visiting . totally manufacturered from tan limestone, with shades of pink, it dominates the city from 135 m on a rocky outcrop. No guide here but instead there is a very good audio guide in French and it is significant, especially because a large part of the palace was converted into a museum and you can discover a superb collection of historic palanquins, various weapons , royal cradles … Since my arrival, my general feeling is one of wonder at the high level of refinement and culture of these societies. But when leaving the palace, I have a little regret because the astrologer that could be seen at the end of the visit was missing! Moin says one of his friends is very well acquainted with a famous guru in Jaipur and he may eventually try to get an appointment for me. He swears this is not at all about business, that person just uses his gift to help others .. Of course, always curious about everything, I’m in ! Moin then brings me back to the old town and I wander in a highly popular market. Jodhpur is the second city of Rajasthan and therefore attracts a crowd that fits more with the idea we have of India, with beggars , homeless… It is essential to be careful moreover I will see one other tourist only , but people leave me alone ..Strolling in the lanes, I discover some beautiful scenes: pigments dyers, teeth cleaners (yes, yes …)

I buy some tea, Indian bracelets to make a few small gifts, a very original padlock shaped camel, which is ancient according to Moin (I’m not sure). I conclude by buying some spice bags in quite a touristy shop of which the owner wants to marry me! I am asked how many elephants he should offer me for this, and in order to “align”, wants to know what my last boy friend bought for me! Ah, the difference in culture! As I say a house to answer something , he offers me a palace and says that in 3-4 months he’ll learn French to talk to my parents. … Er, I guess it is supposed to be flattering … .

I eat in a small local restaurant that Moin chooses for me as did Parany in Madagascar , based on hygiene, for 2 or 3 euros including mineral water.

Leaving the city, I ask Moin to stop in a huge warehouse craft centre which he had spoken about , and of course I can’t resist! It’s actually a gigantic treasure trove for wholesalers, with new as old items and articles of all kinds, from the more refined to kitsch.I like what is proposed here less than in Indonesia: I find that in Bali there are a range of tasteful, more sober and modern items, yet I fall for two pretty little boxes. Then we drive to Jaisalmer, 300 miles away. The road is long and monotonous, which is across the savannah with a few stunted trees, camels, few antelopes , and became a desert. As the hours pass , it leaves me time to talk with Moin, who tells me his life. He has never been to school. Until 11 years ago (he is 38), he was a completely illiterate rickshaw driver … He told me his first contacts with foreigners were when he didn’t speak a single English word , and how little he struck the small words to others, bought a book, taught himself to read … He still has his car filled with books of English words with their phonetic pronunciation in Hindi and their meaning … Now he’s doing very, very well in English, even if he does not use elaborate verbal forms, and learns how to use computers. Obviously he is someone ambitious and deliberate, with a strong leadership .. He also tells me loads of stories about Western women, who according to him, many come to India to have fun ( mature women, which means for him more than 40 years old !). One of his friends, already married in India, married a Swiss and then an Australian, and he himself was asked to marry last year by a French woman who came to see him several times. I confess I am a bit dubious, but hey, it takes all sorts … Even if he declined the offer because, he said, it was too hastey, he thinks very highly of a second marriage, since it is legal for Muslims, and why not with a stranger, which would allow him to have a visa and to share equally between his two wives, India and another country … How surprising!

I guess that if he says that so naturally that’s because he is well aware that I am in no way interested (I can confirm: even after 10 years on a desert island!) But he has no doubt he will find one or more candidates. …

It is also on the road to Jaisalmer, the air conditioning of the car gives up the ghost with an air temperature of more than 40 °C, … After a few well-chosen expletives, it remains for us to open the windows, but this is not the same thing, alas!

In Jaisalmer, Moin suggests to me a new small hotel whose one of his clients paid him a compliment . It’s a nice surprise! A new hotel and the staff are especially lovely, very caring … very fast, I feel like I’m in a family and in security, so as to leave my computer on at the reception, to enjoy the wifi and upload pictures and comments .. With another French tourist, (we are 3 tourists in the whole hotel )we reserve for the next day a “camel safari in the Thar desert. In the evening I have the great pleasure of talking to Charlotte on her birthday. The atmosphere is also very nice with Moin..Now we know each other better, he is constantly clowning around, opens the door with feigned obsequiousness and pretends to take my order with servile “Ma’am” As I like to laugh and am not the last one to laugh at him, he tells me I’m as crazy as him … I probably should not joke with the staff ah ah ah !!!!!

Monday, April 18: My rough night in Thar desert.

For once, we do not rush: including the night in the desert, Jaisalmer is the only stage where I will sleep two nights, and I decided not to visit the fort of the city, as it does not interest me greatly. However Jaisalmer, which has been a very rich city at the time of the fabric and spice caravans, is famous for its’ magnificent havelis, each more refined than the other. Moin warns me against the bad atmosphere which , he said, prevails in the city, where tourists would be considered a wallet on legs and I am strongly advised to avoid acquiring a guide, any so-called student or any merchant … We actually feel that the town is more touristy, and I meet some foreigners, but we can not talk of affluence, and I am not harassed. I take a guide whose English is understandable and I walk with him in the heart of the Old City to visit three beautiful havelis whose story he explains. I am then taken in the winding streets to discover many ornate facades, balconies, sculptures and lace in this beautiful yellow stone that are true wonders. Meanwhile he explains a bit about the caste system and shows me how to differentiate their apparel of Hindu women from Muslim ones. There are indeed many Muslims in this region bordering Pakistan, where we will meet lots of soldiers. Of course the tour ends up in the guide’s shop , where if I don’t buy anything he would beome less friendly. Overall I find people more indifferent than elsewhere in Jailsalmer but I feel no animosity, perhaps because it is the low season.

After a late meal at the hotel, in the afternoon, a jeep picked up Frederic – the other tourist and me to start our safari. Along the way we visit several cenotaphs ,beautiful empty tombs ( ashes of the Maharajas were thrown into the Ganges after incineration). After about twenty miles, we meet our camel driver and three camels, two of which are for us, and we begin our journey in the dunes of the Thar Desert. I confess I am a little worried! I quickly discovered that yes, a camel is high, it is wide, that having no stirrups is very uncomfortable and it’s very close trot, especially when the camel trots! “And I also remember very quickly that I have adductors, which are highly sought after here! Having said that , it’s pretty fun and the length of the walk is suitable for the (in) competence of tourists! Quite quickly we reach our base camp in the dunes, where the jeep is soon to arrive. This is an opportunity for some photos while watching the sunset, then our camel is joined by a young man from his village who will unsaddle the camels and prepare their food. On a wood fire, the three men then prepare a vegetarian meal, which we supplement with some fruits we bought. Indeed I really miss fruits, there is no dessert in India. As we have too many, we offer the melon and the mango, they are feasting! I forgot to mention that we eat in Indian way , without cutlery, but with nans we form in small cones that serve as spoons!

I ask my camel driver , called Mega (an easy contraction of his real name) about his life.He’s from a village located 19 km inside the desert. He can neither read nor write because there is no school in his village. However he speaks good English because at the age of 15 he worked for one year for free with an experienced camel-driver who looked after tourists , this to learn the trade and some English, (exactly as does now the accompanying young man ). He says as he was utterly afraid of the tourists at the very beginning! Now it has been 9 years since he made this his trade. His boss pays him Rs 2000, 33 euros per month, but according to the month he works every day or not, less in low season, like currently with us. Next year, Mega hopes to be able to buy a camel, (which is about 320 euros) it would change his life, especially since he now has got a 20 day-old daughter. I already know that I took too much money with me and I think , in front of such dignity and courage, that it wouldn’t deprive me of giving a hand … Then the guides spread two big quilts on the floor and we are given one each to cover us, it is still early but there’s nothing else to do than trying to sleep. As my ipod is at it again with it’s bad connection, Frederick passes me a headset for his pair of headphones and we spend the evening lying under the stars, saying nothing, listening to music, while only a few steps away the two camel drivers and the driver chatter in Hindi by the fire.

Tuesday, April 19:Back to Jaisalmer-Bikaner

However, nothing romantic! After a very average night on the hard sand, where I had been a little cold despite two dogs sleeping on my feet on my rug, waking up is a bit difficult! Breakfast is prepared for us (biscuits and very sweet tea) and I discover how men wash the bowls: in sand! Curiously it works! Then we start with Mega on a walk in the dunes. When I go back on my camel, I remember where it was hurting me the day before but the ride is pleasant with light grazing … ! This is not the desert as we imagine it , for example the Sahara with dunes as far as the eye can see. There is rather a mix of savanna and sand. In the hollow of a dune, I stop and say to Mega quietly that I have decided to help him a little., I nevertheless would like him to keep the sense of the value of things and I try to explain that so far all the tourists are not wealthy . He shakes my hand for a long time and tells me he won’t ever forget me …Have I done the right thing ? I hope so! It’s so little for us Westerners, but sadly not enough for his daughter to attend school and gain access to an easier life …

We then return to the hotel, we take a well deserved shower, I sort my photos, we eat, and leave again early in the afternoon. Frederick, a teacher who has been travelling for almost three months, wanted to get back to Agra by bus or train, but he will finally join me in 2 days to see the Taj Mahal. That’s a long way but it would be a shame not to see this marvel.

We stop for the night in Bikaner, I’m exhausted after 6 hours of road and admire Moin, because Indian driving is really stressful …

.. Wednesday, April 20; The temple of rats and return to Jaïpur

When will reach Jaipur, Moin will see if he can repair the air conditioning because it ‘s sorely missed! We are not far from the desert so on our way we cross over from the morning dozens, even hundreds of camels harnessed and carrying heavy charges. Very often they are cargos of stone. Whether it is marble, red sandstone, or precious blonde stone , India seems a major exporter of stone because in every corner of Rajasthan we have seen many careers. From Bikaner, we first travel some forty miles to see the temple of rats! According to a legend ,the village children are reincarnated in rats so they are protected and swarm in this temple, where they are fed and cared for! It’s pretty weird .. I take pictures where you see them wisely drink milk, forming a large circle around the plate … Back in Bikaner, we begin the long journey (6 hours) to Jaipur, but make a quick stop on the way because a tyre has burst! It should be repaired immediately because you can’t take the risk of not having a spare tyre. A small repair shop on the edge of the road, similar to those that can be found in Madagascar and in all countries in the developing world, helps us out. Frederick is surprised to see that the worker puts a patch of newsprint … He also pointed out to me (because I look away discreetly whenever Moin goes away) that this one urinates in a squatting position … I realize that I have already seen several men doing the same, but without understanding they were urinating… Strange! Unable to raise the subject with the main person, I won’t know more … The afternoon is long and it’s still very hot, about 40 degrees … It is with pleasure that I take possession of my room in Jaipur (Hotel Moon Light 600 rupees) and the icing on the cake, a good wifi connection!

Thursday, April 21: Agra and the Taj Mahal, no Rajasthan anymore.

We left the hotel around 10 am from Jaipur, in the direction of Agra and the famous Taj Mahal. Awaking is difficult since I’d stayed up until 3 AM using the wifi, loading my photos and even called on Skype! We took one hour to get out of Jaipur, through popular and even miserable neighborhoods, that I had not seen before. Then fortunately, the road is good, they are mostly toll roads, even if we encounter many harnessed camels and even a large herd of sheep! Alas, the AC could not be repaired straight away! We’ll drive five hours in total, mostly along cultivated fields, to go from Jaipur and Agra. Moin, who has in his notebooks a network of contacts for each city, has found for us (we discover ) a guide supposed to speak good French. Alas, this is not really the case! Nevertheless, this person will allow us to save time in the long line of security checks and left-luggage: the list of goods or prohibited items is long, from mobile phones to cigarettes. Moin hates Agra and warned me: here everything is expensive, the city is dirty and people unkind … He normally tries to schedule the trip in one day, especially because as they change state, taxis and cars carrying tourists must pay a tax of 400 rupees a day, a hefty sum!

Here we are in front of the Taj Mahal, this masterpiece of Mohole art , built over 22 years by 20,000 workers in tribute (controversial legend nowadays!)to Emperor Shah Jahan’s wife , who died in childbirth , leaving the heart of the sovereign devastated . … It’s a beautiful monument, it is true, both ethereal and gigantic, and when it is discovered after the great red sandstone gate, flanked on either side of both buildings also red, and reflected in the pools, the view is beautiful … But far from feeling the same emotion as at Machu Picchu, I find its’ reputation as the first wonder of the world a little misused … And what about the stewardship and perks? I cannot help but notice the state of the pay toilets – while the entry costs 750 rupees! – which are inside the Taj Mahal, a bin should at least been installed in each WC: the site receives about 15 000 people a day, and soiled sanitary towels are found in the dirty toilets…

Although he has already paid the 800 rupees due for two days in Agra, it soon becomes apparent that Moin doesn’t feel like sleeping there ! He suggests we continue until Fatehpur Sikri , one- hour drive away, to sleep in the countryside and to visit the site tomorrow morning. Let’s go ! We leave to Fatehpur and then to go out of the city, we discover the nocturnal activity which is enhanced by the relative coolness of the night. It’s nearly impossible to move in places : the streets are teeming with people, a thousand activities take place in streets where cars , rickshaws, trucks, bicycles and pedestrians try to coexist in shouting violent abuse at each other! I ask if there is a special event, no, it’s just an ordinary night!

At Fatehpur Sikri, we land in a very basic but nice hostel where my room is 400 rupees and where, oh surprise, there is hot water! It was very rare during this trip but because of the general heat, I’ve never had “cold” showers… Overall I was always amazed with the overall quality of bedding, no sagging mattress as in Madagascar or some places in Bali or Thailand, despite lower prices. Regarding the electrical connections , they are quite bad everywhere, unfortunately , the prize still goes to Jodhpur where the plug was definitely in the shower …

Friday , April 22: Fatephur Sikri

I go and visit the ghost town of Fatephur Sikri, Akbar the Maharaja had built it as the capital of his kingdom, but due to a chronic lack of water and despite all the solutions provided by irrigation engineers at the time, the city was completely abandoned 25 years after the monarch passed away . We are almost in the desert and the city depends on tourism only , so I am constantly solicited which is a bit tedious. Nevertheless I do a bit of shopping, mostly for gifts. The setting itself, of red sandstone, is very broad and impressive, with some beautiful buildings , but dare I say I am a little tired of all those palaces and forts? Then we take the road to Jaipur, it’s really hot and the air conditioning has been out of action for 4 days, and is badly needed. Moreover I’m sick again! I return to the same hotel, Moonlight palace, where I take the same room but dine with only a flat Coke!

Saturday, April 23: One of the strangest experiences of my life!

Last day in Rajasthan! Moin has to get me back around 11 pm, so until he arrives I sort my photos and carry on catching up in my travel diary. I’m curious to know if Moin could have had an appointment for me with the “guru” he told me, yes! Meanwhile we find his friend who had had contact with that person and then we will finalize the garage repair of the air conditioning. Then we go to the guru, whose family owns a shop. Moin’s friend warned me that this person is part of a very wealthy family, born in Canada and speaks perfect English: So nothing to do with the stereotypical image of a mystic Hindu! Indeed I find myself facing a very ordinary gentleman who asks me no questions, takes my hand … and after a minute I’m in tears! I will not dwell on the subject, but some people have gifts, which he said was a stunning accuracy and I’ll think about his advice. To be quite honest, I have to say I bought him a stone supposed to benefit me but it’s my choice, the idea of going through the process … its’ consultations are free. The rest of the afternoon is devoted to shopping: I buy a nice engraving of the Kama Sutra, that probably I‘ll frame one day. The Indian handicrafts has many thumbnails of all themes (hunting, life on the court …), painted with painstaking attention to detail and sometimes and one-hair brush! It was probably a bit expensive (40 euros) but I wouldn’t find the same in Europe! Moin then takes me to a textile factory where I buy a few T-shirts and harem pants, as gifts agai . I conclude by purchasing a few bags of spices. At the hotel I stay just long enough to shower and we leave at 19h 30 to enjoy the last evening, Moin advised me to attend a dance with entertainment and a meal. Frederick, who must leave the next day to meet a friend in Varanasi, comes with me. During the journey, I continue to discuss with Moin his life, and Indian society, and, based on previous readings, I ask if it’ s really hard to have 3 daughters in India (he has got three daughters and a boy). He confirms to me because he will have to pay for 3 weddings for his daughters, to help one of his nieces and he and his brother are together responsible for their two sisters’ weddings .Besides one of their sisters is going to marry in just two months, and for them, it means, even if they are only from middle class, a party with 1500 guests, furniture and the supply of all the equipment of a household, gifts (jewelry, weapons ..) for the parents of the future brother-in-law … all that for an amount that seems exorbitant to me of 450 000 rupees, more than 8000 euros … Moin explains that he and his wife never go out , their life is made up of work and work only, to save money, because her eldest daughter is already 13 years old and that all his life, he will go into debt to establish borrowing for her sisters and daughters future life … he confides to me that his life is hard and that if he often plays the clown, it’s because it’s his job to be friendly and do everything for its customers but that it is also a discipline …

Here we are at Chokhi Dhani which ‘is actually pretty cool and unexpected, something between a tourist restaurant and an amusement park. There are a lot of people, mostly Indian families (indeed, the price is very reasonable , 350 rupees) and everything is well organized, with some dance, animations, massage, elephant or camel rides… The only downside: meals are primarily for the Indian natives, it’s so spicy that I eat hardly anything, and Frederic not a lot more! I am back to the hotel around midnight, exhausted, I close my bag and set my alarm on 5:45 AM …

Sunday , 24 April: Going back

My return journey is calm, I have only one stop and the planes are on time. I am happy to be alone and enjoy this “decompression airlock” between this fantastic adventure and my English life , besides, the meeting with the guru gave me quite a turn…During the flights, I go over all those days and experiences again, thinking how fortunate and exciting my life is and planning the next trips …

Funnily the one who is late at Heathrow is Clement …While Amélie is peacefully waiting for me after her fifteen-hour trip, he has not arrived yet and I obviously think he has been blocked by the immigration control, as usual and despite the fact that I provided him all documents about his legal status in Great Britain. For once, it’s not the case : Air France is late! We will have to rush to get our coach , Amélie is already on board and implores the driver to wait a minute or two, we are really about to miss it but we don’t, even if the driver tells us off because he eventually leaves at 8:31 pm instead of 8.30 !

We are happy to meet after 2 weeks and have a lot of things to tell each other. Here is the end of this adventure… What the next one will be? I have some ideas….

Un grand merci et des bises pour mon ami Dave qui, bien qu’ayant perdu sa maman le 23 Mai, a continué à relire et corriger mon texte en anglais.(S’il reste cependant quelques fautes , elles sont de mon fait ) xxx

SAMEDI 9 AVRIL :

Quand le taxi arrive à 6h du matin pour nous amener à la station des bus, d’où nous rejoindrons Heathrow, je sais déjà combien les 2 jours à venir seront longs !!Cela n’a pas été évident de combiner tous nos vols dans la même journée et du même aéroport, et ce pour l’aller et le retour : Amélie part pour la Réunion et transite à Orly, où elle devra changer de terminal, ce qui l’inquiète un peu, elle qui n’a jamais voyagé seule, tandis que Clément part pour Pau via Charles de Gaulle !!A 8 heures, nous sommes au terminal 5 et je laisse Amélie se débrouiller ; c’est elle qui part la première et vers 10 heures, je suis Clément afin de rejoindre le terminal 5, c’est très facile par train, bien qu’il y ait un changement, et il se débrouille bien. Nous n’avons plus qu’à attendre, mais hélas, quand vient le moment d’enregistrer, je découvre qu’Air France a changé ses règles concernant les mineurs, et que Clément, parce qu’il n’a pas 15 ans, devra voyager accompagné. Evidemment ce service obligatoire a un coût supplémentaire….Je ne suis pas ravie, mais la tête de Clément lorsqu’il réalise qu’il devra porter la pochette UM, lui qui est venu seul depuis la Réunion en changeant de terminal à Paris en Novembre, est franchement réjouissante !!!Comme nous devons encore attendre plusieurs heures, je demande un rendez-vous à un responsable de l’immigration. afin d’expliquer les problèmes que nous avons rencontrés et voir s’il est possible de les éviter en amont…L’agent que nous voyons est très aimable, il vérifie qu’il sera de garde le 24 Avril et donne son nom afin qu’on puisse le faire appeler en cas de problème. Malheureusement , si Air France réalise l’ âge de Clément et ne l’autorise pas à voyager seul lors du retour, donc à quitter seul le terminal, cela posera un autre problème puisque c’est Clément qui , arrivant le premier, doit rejoindre Amélie puis finalement moi au terminal 5 d’où partent les bus….enfin, chaque chose en son temps !!Clément part finalement vers 15 :30 heures avec une hôtesse, totalement incrédule en le voyant et qui convient avec moi que c’est stupide, et je reprends le train pour revenir au terminal 4, où j’ai encore 5 heures à attendre….Mon vol vers Mumbai ( ex-Bombay, d’ailleurs tout le monde dit Bombay !)) doit décoller à 21H…J’enregistre, puis, heureusement , je réalise une fois dans la salle d’embarquement que l’agent ne m’a donné qu’un boarding pass pour tout mon voyage, alors qu’il m’en faut trois ! Donc je me ronge un peu les sangs pendant une bonne heure mais finalement j’obtiens mes 3 précieux sésames et l’avion s’envole à l’heure !! Je découvre que je devrai avancer ma montre de 4 heures et demie, c’est pour moi la première fois que le décalage horaire ne se compte pas en heures entières…

DIMANCHE 10 AVRIL;

Ma compagnie, à l’aller et au retour, soit 5 avions, est Kingfisher.Je n’en avais jamais entendu parler, et en cherchant sur Internet avant d’acheter mes vols, j’avais vu qu’elle était très bien notée, tant en sécurité qu’en service. Effectivement le service est parfait : cadeaux de bienvenue, choix de cocktails (allez, je m’offre juste un gin tonic !) menu de 5 plats avec vaisselle et vraie serviette, petites attentions….A Mumbai, je suis dans les premiers à descendre et passer –rapidement- la douane, et quand j’arrive au tapis roulant, les valises sont déjà là !! ( Mais que fait Corsair ?) J’ai 5 heures d’attente de prévues mais ce sera plus long en réalité car le vol Mumbai-Delhi est en retard, je change d’aéroport et la différence de standard entre l’aéroport des vols internationaux et celui des vols intérieurs est flagrante…Les toilettes sont, comment dire…locales !! Me voici à Delhi, pas de regret quant à mon retard, le vol Delhi-Jaipur que j’étais sensée prendre a de toutes façons été annulé et le suivant aussi….Nous ne repartirons de Delhi qu’à 21h30, soit avec 3 heures et demie de retard…Jaipur enfin, je prends un taxi et arrive à une des guest houses référencées dans le Guide du Routard, où j’aurai une petite chambre avec sanitaires communs. Rien d’autre mais moins de 6 euros et la wifi !!Plus tard, sur la très jolie terrasse du toit, je prends un banana shake avec deux français, Virginie et Fred. J’aurai quand même mis plus de 36 heures de porte à porte….

LUNDI 11 AVRIL :

Direction à pied vers le célèbre Palais des Vents dont la façade pyramidale à plusieurs étages est magnifique .Le vent peut y circuler pour rafraichir l’atmosphère et ses innombrables fenêtres en saillie permettaient aux femmes du harem d’observer la rue sans être vues. Je prends ensuite un bus local pour aller visiter Amber palace, à 10 km de Jaipur. La circulation est démente, je l’ai réalisé en étant à pied mais c’est pareil en voiture ! Dans la cacophonie permanente de centaines de klaxons, tout le monde fonce sans jamais ralentir…Bien sur le bus est bondé mais des jeunes étudiants me laissent une place et commencent gentiment à baragouiner en anglais .Puis ils veulent que je les prenne en photo et font de même avec moi sur leurs téléphones portables. Bientôt .d’autres personnes se proposent pour poser ! L’ambiance est très sympathique !

Amber est en fait une forteresse perchée sur une falaise et entourée d’une muraille de 9 km. Selon le Routard, le fort « commandait une gorge étroite et stratégique sur la route de Delhi et fut la capitale de nombreuses dynasties ».Le site est effectivement très beau. La première surprise est que je m’attendais à ce que ce soit envahi de touristes, or il n’y en a quasiment pas (j’en ai croisé une petite dizaine dans la journée). La deuxième surprise tient à l’extrême gentillesse de tous les Indiens croisés, les gens me saluent, veulent communiquer, et un très grand nombre veut être pris en photo, sans demander la moindre roupie ! Je ne compte plus les familles, jeunes, vieux… qui me demandent une photo et à qui cela fait plaisir ! Un conducteur de scooter s’arrête même exprès pour me demander de le photographier …Mais la plus grande surprise, et ce qui me ravit, c’est que pour une fois nous sommes à égalité : je suis au moins aussi exotique pour ces gens qu’ils le sont pour moi, des parents me montrent (gentiment) à leur enfant et on me demande un grand nombre de fois dans la journée si on peut ME photographier, seule ou en compagnie d’Indiens… La visite du palais d’Amber ne dure pas des heures car en fait il est vide .Le gynécée est un véritable dédale de couloirs, niches, passages, courettes…( pour tout dire, cela fait vraiment prison…) avec 12 passages secrets qui menaient aux appartements des 12 favorites du Maharaja….( Les 300 concubines « de base » vivaient à l’extérieur…) Il faut donc tout imaginer, que ce soit là ou dans le hall des audiences publiques , ou dans celui des audiences privées, ou dans la Chambre d’Hiver …Néanmoins c’est une très belle visite. Je vais aussi voir le fort de Jaigarth , qui est à 1,5 km d’Amber par un petit chemin pavé : rien de bien extraordinaire une fois sur place mais la balade est jolie et les vues époustouflantes.

Ensuite j’ai faim ! Il n’y a pas grand choix, pas de touristes, pas de restaurants, mais voici des grandes bâches tendues dans la première belle place à l’intérieur de la citadelle, abritant quelques immenses marmites ; tout le monde fait la queue avec son plateau avant d’aller manger par terre et je décide de faire de même. Quand je m’approche de la file, on me demande avec empressement si je veux manger ….Heu, oui…C’est un restaurant, non ? On me sert et je vais aussi m’asseoir en tailleur pour manger. Tout de suite mes voisines se manifestent gentiment, voulant que je les photographie !!Plusieurs personnes viennent me parler. Malheureusement l’anglais des Indiens est assez spécial…Le repas, végétarien bien sur, est très bon, savoureux et épicé sans l’être trop. Mais je commence à me demander si c’est bien un restaurant …A la fin du repas, tout le monde, moi y compris, va tremper les gamelles dans plusieurs bassines successives, c’est le lave-vaisselle local …j’ai pris une photo, donc vous pourrez juger…Généralement j’ai un estomac et des intestins qui supportent n’importe quelle nourriture exotique, néanmoins au vu des conditions de vaisselle, je pense que ce repas sera un test !!!Le groupe de jeunes qui gère l’organisation est super gentil, nous voici repartis pour de la parlote et des photos : eux seuls, eux avec moi, encore et encore… …( Vive le numérique !) . Détail amusant : quand je veux payer, mes doutes sont confirmés…Il ne s’agit nullement d’un restaurant mais d’un repas offert à tout le monde, et ce en l’honneur d’une cérémonie religieuse ! Visiblement organisateurs et participants étaient ravis qu’une touriste s’invite au repas ! Plus tard, je verrai tous les fidèles se mettre en file pour aller prier par centaines avec leurs offrandes, ambiance qui ne m’est pas étrangère puisque c’est la même chose dans les temples hindous à la Réunion… Je ne sais si l’atmosphère sera aussi authentique et respectueuse partout,( au Taj Mahal par exemple, j’en doute un peu) mais cette première journée en Inde est très positive…Moi qui appréhendais une attitude de vente agressive type Afrique du Nord,j’ai vraiment ressenti de l’hospitalité et du respect, même dans le bazar ce matin .Je rentre en tuk-tuk et découvre avec amusement qu’ils ont un compteur ( pas en service bien sur) !!! Après une bonne douche, je vais manger au restaurant de l’hôtel, sur le toit. C’est un vrai restaurant, la décoration et l’éclairage sont raffinés…Je m’offre un mojito et un bon plat de cuisine indienne accompagné de son pain local pour 180 roupies, 3 euros….

MARDI 12 AVRIL :

Après le petit-déjeuner, je réfléchis à la façon de commencer mon périple. Trains, bus ou voiture particulière…Le Routard est très clair là dessus : vus les bas tarifs pratiqués, le conseil est de louer une voiture, surtout pour quelqu’un qui a peu de temps comme moi. Le réseau routier est en effet déplorable et le Rajasthan est grand comme les deux tiers de la France. Je vais quand même à la gare pour me renseigner sur les trajets en train mais la longue file devant le guichet spécialement affecté aux étrangers, aux handicapés et à je ne sais plus quelles catégories spécifiques me décourage…Sur le quai 1, un employé du Bureau Gouvernemental du Tourisme m’accueille et me fait un devis pour les 10 jours et plus de 2500 kms : c’est raisonnable mais je trouve un peu cher et j’ai envie de connaître les tarifs d’un chauffeur qui est venu se proposer à l’entrée de la gare dans un anglais correct…il me montre deux cahiers de références dans toutes les langues, , je ne peux juger que celles en français et anglais mais elles sont toutes positives ! Après une sévère négociation, l’affaire est faite. Je rentre à l’hôtel libérer ma chambre, vais boire un lassi puis manger , ce sera du mouton aux épinards, très bon, avec une bière Kingfisher,( je n’arrive pas à savoir s’il y a un rapport avec la compagnie d’aviation !)

A deux heures, nous partons en direction de Bundi, une petite cité encore authentique blottie au pied d’un majestueux palais …et d’un fort, bien sur ! Nous mettrons 4 heures pour faire les 160 kms, dans une petite Tata blanche avec AC, mais sur des routes difficiles avec de grands tronçons en travaux. Enormément de camions empruntent les routes, ils sont très hauts ( comme certains cars 4×4 en Bolivie) et tous sont soigneusement décorés : peintures naïves et slogans sur les côtés et à l’arrière, chapelets de pompons de laine noirs aux rétroviseurs, banderilles métallisées type guirlandes de Noël un peu partout…Nous croisons également beaucoup de tracteurs avec leurs remorques décorées de la même façon. Mais que de poussière ! Côté végétation, il y a d’abord la traversée de plaines désertiques et monotones, et plus loin nous rencontrons davantage de parcelles agricoles. Visiblement, le blé vient d’être moissonné mécaniquement dans les plus grandes propriétés, nous croisons d’ailleurs plusieurs très belles moissonneuses neuves, mais dans la majorité des parcelles on voit que le travail de moisson a été fait, ou est en train de se faire, à la main…Des familles sont en train de couper le blé et de le transporter dans des espèces de grandes bâches tressées. Quelles que soient les circonstances, les femmes sont en sari, qui est donc le vêtement de tous les jours.

Me voici à Bundi, une jolie petite ville qui n’est pas encore touristique .La visite du palais sera pour demain mais je commence à me promener dans les ruelles avec un grand plaisir et sans être du tout ennuyée. Je vois alors que le gens se pressent vers une place où une fanfare attend, ainsi que deux chevaux magnifiquement harnachés, un géant noir sur échasses, un palanquin rempli de pétales de roses….C’est encore une cérémonie religieuse ! On me noue autour du cou un tissu orange et tous semblent très contents de ma présence…Je suis le cortège un moment, sollicitée en permanence pour prendre des photos, je n’en reviens pas ! Plus tard, le repas dans une petite gargote ( il n’y a rien d’autre) est un peu décevant, il faut que je regarde dans le Routard et apprenne quelques noms de plats, sinon je vais toujours manger la même chose …Pas de wifi à l’hôtel, où

s ; je prépare néanmoins mon commentaire et trie mes photos.

MERCREDI 13 AVRIL :

Pendant que le petit déjeuner se prépare.. très lentement sur le toit –terrasse de l’hôtel, je repars un moment en ville faire quelques photos et m’imprégner à nouveau de cette atmosphère authentique, à la fois très animée et sereine : scènes de la vie quotidienne comme les porteurs d’eau qui sillonnent la ville avec de grands brocs en laiton accrochés à leurs motos, comme cet homme qui se lave à une fontaine tandis que son épouse lave le linge à côté de lui, comme ce grand-père qui sur le seuil de sa boutique berce un petit bébé, comme ces gamines en uniforme qui m’emmènent visiter leur école…Beaucoup de maisons sont teintées en bleu ; d’après les explications de Moin, mon chauffeur et guide, je comprends qu’il s’agit de chaux à laquelle depuis des siècles les habitants ajoutent des pigments bleus , réputés faire fuir les moustiques.

La visite du Garth Palace est très intéressante .Suivant le conseil du Routard, je m’adjoins pour 200 roupies les services d’un guide qui parle un bon anglais ( enfin, un anglais que je comprends !!) et qui va me guider et m’ouvrir des salles dans cette immense construction à flan de montagne. De là haut, la vue sur Bundi, la ville bleue, est vraiment belle. Il y a surtout d’admirables peintures du 18 ° siècle dans plusieurs salles et une galerie, qui représentent plusieurs scènes de chasse et plusieurs épisodes de la vie de Krishna et Radha son épouse.Je ne monte pas au fort qui surplombe ce palais, j’ai compris maintenant que le Rajasthan est rempli de palais et de forts, autant visiter les plus beaux uniquement ! En revanche, Moin m’emmène voir un très beau puits construit à la fin du 17° siècle et qui est un véritable monument , profond de près de 20 m. Hélas, il est complètement à sec : depuis une douzaine d’années, les moussons sont très irrégulières et le pays manque cruellement d’eau..Je veux ensuite en voir un second que Moin ne connaissait pas, bien qu’il fasse ce métier depuis 11 ans.Il est content , il pourra y amener d’autres touristes ! A la différence du premier puits qui était couvert, celui-ci est à l’air libre mais il est également immense, et très esthétique avec un jeu complexe d’escaliers symétriques qui permettaient d’atteindre l’eau quel qu’en soit le niveau…Je n’avais jamais vu de puits de ce genre, qu’ils devaient être beaux quand il y avait de l’eau…

Nous repartons ensuite pour 3 heures de conduite, d’abord par de toutes petites routes où il est dur de doubler ou croiser camions, tracteurs , motos et zébus…Après un épisode un peu plus « limite » que les autres ( bien que Moin conduise très bien), je lui dis en riant que je n’aimerais pas conduire en Inde, il me répond qu’effectivement c’est comme un jeu vidéo !! Mais ensuite , par un chemin de terre qui est en fait une incroyable bretelle d’accès , nous prenons une autoroute : oui, une autoroute, avec 2 fois 2 voies (où la vitesse est limitée à 90 kms à l’heure, 60 pour les bus) et avec ses péages : un préposé en cabine, un garde avec un fusil pour convaincre, j’imagine, les récalcitrants, et un troisième employé pour déplacer à chaque voiture ce qui sert de barrière…Aujourd’hui je découvre un véritable paysage de causses, très sec et pierreux, et bientôt de part et d’autre de la route des carrières de marbre à n’en plus finir. Nous arrivons à Chittorgarh, l’ancienne capitale du Mewar, qui présente une des forteresses les plus impressionnantes du Rajasthan….effectivement on ne peut manquer sur la montagne la vision de ce mur d’enceinte qui fait 20 kms…Mais les hôtels sont chers, impossible de trouver une chambre à moins de 800 roupies, dans un hôtel qui a du être bien il y a quelques dizaines d’années ! En revanche, grâce à mon cher Routard ( je vais essayer de ne pas le semer en route, celui-ci !), je mange très bien au Ritu-Vak Ratika : un jus de mangue et une bouteille d’eau, un très bon plat végétarien avec des nans et un lassi pour 150 roupies, 2,5 euros.

JEUDI 14 AVRIL :

Moin m’amène à la forteresse par une route qui zigzague à travers sept portes monumentales , c’est une vraie ville fortifiée avec des murailles impressionnantes, des créneaux en ogive et des meurtrières. La construction des palais, temples, bassins s’est étalée sur plusieurs siècles mais les monuments principaux – dont .il ne reste quasiment que les temples et une tour magnifique- datent du 15 ° .Comme le site est immense, je m’adjoins les services d’un guide mais ce n’est pas une réussite tant son anglais est limité : il m’aura au moins évité de me perdre !:Toutes les pierres des temples ont été récemment nettoyées avec des produits chimiques , c’est magnifique mais je n’ose imaginer les conditions dans lesquelles les ouvriers ont travaillé : la veille en effet, un jeune ouvrier passait de l’acide sur les pierres du premier puits sans autre protection que des gants et inhalait toutes les vapeurs corrosives… Mon monument préféré est la tour de la Victoire, qui a 9 étages et 157 marches mais surtout une très originale architecture : l’escalier intérieur est en fait une tour dans la tour, avec des portes magnifiquement sculptées qui donnent accès à chaque palier. La forteresse construite sur son éperon rocheux avait de grandes réserves d’eau sous forme de lacs, et un petit palais d’été se dressait fièrement au milieu de l’un deux..Hélas, il ya là aussi un cruel manque d’eau…

Après la visite, nous reprenons l’autoroute pour faire les 110 kms vers Udaipur. Fantastique, nous ne mettrons qu’à peine plus de deux heures ! En route je discute avec Moin de l’éducation en Inde. Il m’explique que les écoles gouvernementales sont quasiment gratuites (1000 roupies par an) mais d’un niveau tellement déplorable que seuls ceux qui n’ont pas le choix y mettent leurs enfants. Au moins ceux-ci reçoivent-ils une éducation minimale. Ce n’est pas le cas de tous car j’ai remarqué dans les commerces ou à dans les champs que de nombreux enfants sont déjà insérés dans la vie active, et Moin me confirme que dans les campagnes beaucoup ne vont pas à l’école ( et j’imagine, même si je ne veux pas polémiquer, que les filles y vont encore moins ) . Lui a mis ses 4 enfants en écoles privées, ce qui lui coute 22 000 roupies par an et par enfant, sans compter les livres, l’uniforme…Nous voici à Udaipur et j’ai le temps de flâner un peu en ville .C ‘est une cité ancienne aux rues étroites et vivantes, avec des palais baroques, de belles scènes de rues et un artisanat très riche : je sens que je vais aimer…Il y a effectivement pas mal de boutiques d’artisanat très tentantes ( travail du bois, miniatures…) et plus de touristes, mais tout est relatif, je parle de quelques dizaines…Je prends mon repas sur un toit terrasse comme d’habitude, c’est amusant de grimper 4, 5 ou 6 étages par des escaliers étroits et aux marches très hautes pour déboucher sur les toits et profiter de vues magnifiques, mais je plains les serveurs. Même dans cette ville touristique, la majorité des plats proposés par les restaurants sont végétariens et je réalise que je n’ai pas mangé de viande depuis plusieurs jours …Aucune chance néanmoins de trouver une belle côte de bœuf !!!Ce soir ma chambre au Kesar palace est tout à fait agréable et propre pour 700 roupies., et la wifi fonctionne même une petite heure !

VENDREDI 15 AVRIL :

Le matin petit « détail » qui change tout : j’ai pour 200 roupies un jeune guide parlant un très bon français pour visiter le City Palace Museum, et c’est agréable ! Enfin j’ai tout compris des batailles entre les Raipoutes ( Indous, qui ont créé les villes de Jaipur, Jodphur , Udaipour…) et les Moghols ( Musulmans), entre les Maharajas et les Maharanas …Le guide me dit avoir appris le français en 6 mois , je suis jalouse…Le palais est un incroyable et gigantesque édifice construit en 1559 et sans cesse agrandi par les 24 générations de maharanas qui s’y sont succédées.Le dernier en date est un homme d’affaires avisé qui vit 6 mois par an à Londres et possède des hôtels de grand luxe , dont le Lake Palace Hote, un des plus beaux hotels au monde, qui est une partie de son palais l. Je fais une promenade d’une heure sur le lac Pichola, ce qui me permet d’apprécier les belles vues sur les différents temples et palais , et de jauger la taille du City palace…Il fait plus de 35° aujourd’hui et en entendant le clapotis de l’eau, je me prends à rêver d’une piscine…Je me contenterai d’une boisson dans le salon climatisé de l’hôtel de l’île où nous accosterons..Pas le temps de trainer ni même celui de faire des achats : Moin est un peu directif et m’a répété 4 fois que nous devons reprendre la route à 2 heures ! Je passe récupérer mon linge que j’avais la veille donné à laver ( 68 roupies pour 7 pièces !) et nous partons pour deux heures de trajet jusqu’à Kumbhalgarh. Très vite nous retrouvons la vie rurale avec ses scènes authentiques, en particulier celles de moisson . Moin s’arrête un moment pour que je puisse prendre quelques photos et les gens qui moissonnaient m’entourent avec intérêt et gentillesse. Je suis contente de retrouver cette atmosphère car à Udaipour, ville plus touristique, j’ai trouvé que les regards et comportements étaient un peu différents. Nous arrivons à Kumbhalgarh vers 17 heures, pour visiter le fort avec une douce lumière de fin de journée. C’est comme la plupart un bâtiment du 16 ° siècle, supposé être « le plus long mur après la Grande Muraille de Chine « d’après une affiche placardée à l’hôtel. A vérifier !! En tout cas, aucune ville n’est protégée par ces remparts qui semblent totalement démesurés. Le fort n’est pas le plus beau de ceux visités depuis mon arrivée mais il se dégage de l’endroit une atmosphère sereine et les seuls visiteurs que je croise sont des touristes indiens. J’ai également pris mon billet pour le spectacle « son et lumière » qui a lieu tous les jours à 19h45, en hindi !C’est très familial, il y a une petite esplanade avec 4 ou 5 rangées de bancs , mais curieusement le spectacle est très professionnel : les jeux de lumière, les musiques , la façon dont les dialogues sont interprétés sont très agréables et je me laisse prendre par la magie de cette expérience comme hors du temps …C’est un excellent moment ! Puis Moin me ramène à l’hôtel, je mange avec lui sur la terrasse..Qu’est-ce qu’il est bavard….je file dès que je le peux !

SAMEDI 16 AVRIL :

La journée commence très bien, et se termine un peu moins bien ! Après le petit déjeuner, je vais me balader dans le village de Kelwara où j’ai dormi ( Karni Palace, une chambre très propre et coquette pour 600 roupies) .C’est vraiment le Rajasthan authentique , certains Indiens du cru sont plus distants mais je découvre avec plaisir que ce n’est pas toujours le cas. Comme partout, des femmes, des vieillards, des hommes m’appellent pour se faire prendre en photo et je suis invitée à entrer dans une maison où un prêtre tamoul se livre à une cérémonie sur des fidèles, on me met aussi le point rouge sur le front. Rien de mercantile, juste le plaisir de partager un moment important avec une étrangère…Et puis bien sur il y a les magnifiques scènes de rue : vendeurs ambulants (j’achète des mangues), vieillards enturbannés dans leurs chars à bœufs, bus Tata surchargés vomissant leur cargaison… Ici la plupart des femmes portent sur le sari un léger voile rouge ou fuchsia dont certaines, mais ce n’est pas la majorité, se couvrent le visage , en signe de respect lorsqu’elles sont en présence d’un autre homme que le père ou le mari. En revanche elles ont toutes un grand anneau d’or type créole dans la narine gauche. Nous prenons ensuite la magnifique route entre Kumbhalgarh et Ranakpur, c’est une vallée naturelle qui se faufile au milieu des monts Arawelli. Les paysages de montagne ne sont jamais monotones, on passe d’étendues arides et caillouteuses à des échappées de verdure avec des terres très cultivées bordant une rivière. Je reconnais de la canne à sucre, des manguiers, pas mal de céréales que les familles moissonnent à la faucille et attachent en grandes gerbes. La végétation est tropicale : bougainvilliers, lauriers-roses…Et comme partout on rencontre régulièrement des chameaux attelés. Puis la route change, devient plus large, plus encombrée lorsque nous sortons de la vallée. Nous nous arrêtons brièvement à Ranakpur pour visiter le temple d’Adinath, le plus imposant sanctuaire jaïn d’Inde et un véritable joyau. Il fait 1500 m2 et près de 33 m de hauteur et offre une succession de plusieurs dizaines de chapelles et coupoles, et surtout 1444 piliers ciselés , d’un raffinement extrême …Là il y a quelques groupes de touristes, et la sécurité est bien présente : les sacs sont scannés, il faut se couvrir épaules et jambes, ne pas porter de cuir ni photographier les idoles. L’intérieur du temple est frais et baigné d’une douce lumière, c’est vraiment magnifique…De plus, comme à plusieurs endroits, toutes les pierres – et j’imagine quel travail colossal cela a été- ont été nettoyées à l’acide, et le spectacle de ces sculptures blanches, toutes différentes, est une merveille…

Après la visite, nous nous arrêtons pour manger dans une gargote mais je mange peu, je ne me sens pas très bien…Effectivement, un peu plus tard sur l’autoroute un arrêt d’urgence s’impose : je suis malade ! J’arriverai néanmoins à Jodphur sans autre arrêt , mais pas en grande forme. L’hôtel où Moin m’emmène d’office est cher (900 roupies après ristourne pour une chambre quelconque ) et je montre gentiment que je n’aime pas ce principe et que je tiens à avoir le choix de mes hôtels .Néanmoins je ne suis pas trop en état de discuter. Plus tard, un peu plus en forme, j’apprécie de me baigner dans la piscine, ce qui n’a rien d’étonnant puisque la température extérieure dépasse les 40° !!Je sors également faire un petit tour dans la vieille ville, et, prenant quelques photos, rentre par hasard dans une haveli ( très belle maison ,voire palais l’équivalent des ryads au Maroc) reconvertie en guest-house.Le propriétaire est charmant et me montre fièrement toutes les chambres, où un vrai effort de décoration a été fait , et dont les salles de bain sont carrelées et impeccables : le prix est de 300 roupies ! Je décide de manger là pour lui faire plaisir mais ne commande qu’une soupe de légumes et un Coca !!Ensuite je reste jusqu’à minuit au cyber café opportunément situé en face de l’hôtel, ce qui me permet quelques allées et venues…

DIMANCHE 17 AVRIL :

Ca va à peu près ce matin et je commence la journée en visitant la forteresse de Mehrangarh , qui domine Jodhpur .Oui, un fort de plus , mais ils sont tous différents et celui-ci vaut la visite. Tout en calcaire ocre, avec des nuances de rose, il domine la ville de 135 m sur son éperon rocheux. Pas de guide ici mais un audio-guide en français très bien fait et c’est appréciable, d’autant qu’une grande partie du palais a été transformée en musée et qu’on peut découvrir une superbe collection historique : palanquins, armes diverses, berceaux royaux…Depuis mon arrivée, mon sentiment général est l’étonnement devant le haut niveau de raffinement et de culture de toutes ces sociétés. Mais en sortant du palais, , j’ai un petit regret car l’astrologue que l’on pouvait consulter en fin de visite était absent ! Moin me dit qu’un de ses amis connaît très bien un fameux gourou, à Jaipur et qu’il peut éventuellement essayer d’avoir un rendez-vous pour moi. Il me jure que cela n’a rien de touristique ni de mercantile, que cette personne met juste son don au service des autres..Evidemment, toujours curieuse de tout, je suis partante ! Ensuite Moin me ramène vers la vieille ville et je vais trainer dans un marché très populaire ;Jodphur est la deuxième ville du Rajasthan, donc draine une foule qui correspond plus à l’idée qu’on se fait de l’Inde, avec des mendiants, des sans-abri . Il faut faire attention d’autant que je croiserai en tout et pour tout un autre touriste, mais on me fiche la paix ..Au détour des ruelles, je découvre quelques jolies scènes : teinturiers avec leurs pigments, nettoyeurs de dents ( oui, oui…) J’achète du thé, des bracelets indiens pour faire quelques petits cadeaux, un cadenas très original en forme de chameau , qui serait ancien d’après Moin ( je n’en suis pas sure). Je termine en choisissant quelques sachets d’épices dans une boutique assez touristique dont le propriétaire veut m’épouser !!!Il me demande combien d’éléphants il devrait m’offrir pour cela, et pour s’ « aligner », veut savoir ce que mon dernier boy-friend a acheté pour moi !! Ah la différence de culture !!!Comme je dis une maison, il me propose un palais et dit qu’en 3-4 mois il va apprendre le français pour parler à mes parents….Heu , je suppose que ça se veut flatteur….Je mange dans un petit restau local, que Moin choisit pour moi comme le faisait Parany à Madagascar en fonction de l’hygiène, , pour 2 ou 3 euros avec l’eau minérale .

En quittant la ville, je demande à Moin de m’arrêter dans un immense entrepôt d’artisanat dont il m’avait parlé, et bien sur je ne peux résister !! C’est effectivement une gigantesque caverne d’Ali Baba pour grossistes, avec du neuf comme de l’ancien et des articles en tous genres, du plus raffiné au plus kitsch. J’aime moins ce qui est proposé là qu’en Indonésie : je trouve qu’à Bali il y a aussi une gamme de très bon goût, plus sobre et moderne, néanmoins je craque pour deux jolies petites boites. Puis nous prenons la route vers Jaisalmer, à 300 kilomètres de là .La route est longue et monotone, à travers ce qui est de la savane, avec quelques arbustes rabougris, des chameaux, quelques antilopes, et devient un désert au fur et à mesure que les heures s’égrènent …Cela me laisse le temps de parler avec Moin, qui me raconte sa vie .Il n’est jamais allé à l’école. Jusqu’il y a 11 ans ( il en a 38), c’était un conducteur de rickshaw complètement analphabète…Il me raconte ses premiers contacts avec des étrangers, quand il ne parlait pas un seul mot d’anglais , et explique comment petit à petit il a accroché des mots aux autres, acheté un livre, appris à lire tout seul …Il a encore dans sa voiture des carnets remplis de mots d’anglais , avec en hindi leur prononciation phonétique et leur sens …Maintenant il se débrouille très très bien en anglais, même s’il n’emploie pas de formes verbales élaborées , et apprend à se servir d’un ordinateur .Visiblement c’est quelqu’un d’ambitieux et de volontaire, doté d’un grand esprit d’initiative ..Il me raconte aussi plein d’anecdotes sur les femmes occidentales, dont d’après lui, beaucoup viennent en Inde pour s’amuser (des femmes mûres, c’est-à –dire pour lui, qui ont plus de 40 ans !). Un de ses amis, déjà marié en Inde, s’est marié avec une Suisse puis ensuite avec une Australienne, et lui-même a été demandé en mariage l’an dernier par une Française qui est venue le voir plusieurs fois. J’avoue que je suis un peu dubitative, mais bon, tous les goûts sont dans la nature…Même s’il a décliné cette offre, car, me dit-il, c’était trop rapide, il pense très fortement à un deuxième mariage, de façon légale puisqu’il est musulman, et pourquoi pas avec une étrangère, ce qui lui permettrait d’avoir un visa et de se partager de façon égale entre ses deux femmes, l’Inde et un autre pays…Tiens donc ! .J’imagine que s’il me raconte tout cela avec tant de naturel c’est qu’il a bien senti que je ne suis en aucun cas intéressée ( je confirme : même après 10 ans sur une île déserte !!) mais il n’a aucun doute sur le fait qu’il trouvera une ou plusieurs candidates ….

C’est aussi sur la route de Jaisalmer, alors qu’il fait plus de 40° ; que la climatisation de la voiture rend l’âme…Après quelques jurons bien sentis, il ne nous reste plus qu’à ouvrir les vitres, mais ce n’est pas la même chose, hélas !

A Jaisalmer, Moin voudrait essayer un nouveau petit hôtel dont un de ses clients lui a dit le plus grand bien. C’est une bonne surprise ! Hôtel tout neuf et surtout un personnel adorable, aux petits soins…Très vite, je me sens comme en famille et en sécurité, au point de laisser mon ordinateur allumé à la réception, pour profiter de la wifi et charger photos et commentaires.. Avec un autre Français de l’hôtel,( nous sommes 3 touristes en tout !) nous réservons pour le lendemain un « camel safari » dans le désert de Thar. Le soir j’ai la grande joie de pouvoir parler à Charlotte pour son anniversaire. L’ambiance est également très sympa avec Moin.Maintenant qu’on se connaît mieux, il fait sans cesse le pitre, m’ouvre la portière avec une feinte obséquiosité et fait semblant de prendre ma commande avec des « Maam » serviles ..Comme j’aime bien rigoler et ne suis pas la dernière à me moquer de lui, il me dit que je suis aussi crazy que lui…Je ne devrais peut-être pas plaisanter avec le personnel !!!!!

LUNDI 18 AVRIL :

Pour une fois, nous ne sommes pas trop pressés : avec la nuit dans le désert, Jaisalmer sera la seule étape où nous dormirons deux nuits, et j’ai décidé de ne pas visiter le fort de la ville, qui n’offre pas un grand intérêt. En revanche Jaisalmer, qui a été une ville fort riche à l’époque des caravanes d’étoffes et d’épices, est célèbre pour ses magnifiques havélies, toutes plus raffinées les unes que les autres. Moin me met en garde contre la mauvaise ambiance qui, d’après lui, règne dans la ville, où le touriste serait considéré comme un porte-monnaie sur pattes et me conseille fortement d’éviter tout guide, tout soi-disant étudiant, voire tout commerçant…On sent effectivement que la ville est plus touristique, et je croise quelques étrangers, mais on ne peut parler d’affluence, et je ne suis absolument pas harcelée. Je prends un guide dont l’anglais est bien compréhensible et me promène avec lui dans le cœur de la vieille ville pour visiter trois très belles havélies dont il explique l’histoire. Il me fait emprunter ensuite les ruelles tortueuses pour découvrir de nombreuses façades ouvragées, des balcons, des sculptures et dentelles dans cette belle pierre ocre qui sont de véritables merveilles. Parallèlement il explique un peu le système des castes et me montre comment différencier par leur habillement les femmes indoues et musulmanes. Il y a en effet beaucoup de musulmans dans cette région limitrophe du Pakistan, où nous croiserons beaucoup de militaires. Bien sur, parce que je le veux bien, le tour se termine dans la boutique du guide, où je n’achète rien sans qu’il soit moins courtois pour autant .Globalement j’ai trouvé les habitants de Jailsalmer plus indifférents qu’ailleurs mais n’ai ressenti aucune animosité, peut-être parce que c’est la basse saison.

Après le repas pris tardivement à l’hôtel, une jeep vient nous chercher, Frédéric – l’autre touriste- et moi, dans l’après-midi pour commencer notre « safari ».En chemin, nous visitons quelques cénotaphes, très beaux tombeaux vides ( les cendres des Maharajas étaient jetées dans le Gange après l’ incinération).Après une vingtaine de kilomètres , nous retrouvons notre chamelier et trois chameaux, dont deux sont pour nous, et commençons notre périple dans les dunes du désert de Thar. J’avoue que je suis un peu inquiète ! Je découvre très vite que oui, un chameau, c’est haut, c’est large, que de ne pas avoir d’étriers est très inconfortable, et que c’est très tape-cul, en particulier lorsque le chameau trotte !!!De plus, je me rappelle très vite aussi que j’ai des adducteurs, qui sont ici vivement sollicités ! Ceci dit, c’est assez amusant et la longueur de la balade est adaptée à nos (in)compétences de touristes !!Assez vite nous rejoignons notre camp de base, dans les dunes, où la jeep arrive bientôt. C’est l’occasion de quelques photos tout en admirant le coucher de soleil, puis notre chamelier est rejoint par un jeune de son village qui va desseller les chameaux et préparer leur nourriture. Sur un feu de bois, les trois hommes préparent ensuite un repas végétarien, nous le complétons par quelques fruits que nous avons achetés. Les fruits me manquent en effet beaucoup, il n’y a pas de desserts en Inde. Comme il y en a trop, nous leur proposons du melon et des mangues, ils se régalent ! J’ai oublié de préciser que nous mangeons à l’indienne, sans couverts, mais en faisant avec les nans des petits cornets qui servent de cuillères !

J’interroge mon chamelier, il s’appelle Mega ( contraction facile de son véritable nom) et habite un village à 19 kms à l’intérieur du désert .Il ne sait ni lire ni écrire car il n’y a pas d’école au village. En revanche il parle bien anglais car à l’âge de 15 ans il a travaillé gratuitement un an avec un chamelier confirmé qui s’occupait de touristes, ceci pour apprendre le métier et un peu d’anglais,( exactement comme le fait maintenant le jeune qui l’accompagne ) .Il raconte comme il avait peur des touristes au tout début ! Maintenant cela fait 9 ans qu’il fait ce métier. Son patron le paye mensuellement, 2000 roupies , 33 euros , mais selon les mois il travaille tous les jours ou moins en basse saison, comme ici avec nous. L’année prochaine, Méga espère pouvoir acheter un chameau, ( environ 320 euros) ce qui changerait sa vie, d’autant qu’il a maintenant une petite fille de 20 jours. Je sais déjà que j’ai amené trop d’argent avec moi et me dis, devant tant de dignité et de courage, que cela ne me priverait guère de lui donner un coup de pouce…Puis on nous étale deux grosses couvertures matelassées par terre et on nous en donne une à chacun pour nous couvrir, il est encore bien tôt mais il n’y a rien d’autre à faire qu’essayer de dormir. Comme mon ipod fait encore des siennes avec un faux-contact, Frédéric me passe une oreillette de sa paire d’écouteurs et nous passons la soirée allongés sous les étoiles, sans rien dire, à écouter de la musique, pendant qu’à quelques pas les deux chameliers et le conducteur papotent en hindi près du feu.

MARDI 19 AVRIL :

Rien de romantique néanmoins !! Après une nuit très moyenne sur le sable dur, où j’ai eu un peu froid malgré la présence de deux chiens dormant à mes pieds sur ma couverture, le réveil est un peu difficile ! On nous prépare un petit déjeuner (biscuits, thé très sucré) et je découvre la façon dont les hommes lavent les gamelles : avec du sable ! Curieusement cela fonctionne ! Puis nous repartons avec Méga pour une balade dans les dunes. Dès que je remonte sur mon chameau, je me rappelle où ça me faisait mal la veille mais la balade est agréable avec la lumière rasante… ! Ce n’est pas le désert comme nous l’imaginons, le Sahara par exemple, avec des dunes à perte de vue. Là, c’est plutôt une alternance de savane et de sable .Dans le creux d’une dune, je fais arrêter les chameaux et explique discrètement à Mega que j’ai décidé de l’aider un peu., J’aimerais néanmoins qu’il garde le sens de la valeur des choses et essaie de lui expliquer que pour autant tous les touristes ne roulent pas sur l’or… Il me secoue longuement la main et me dit qu’il ne m’oubliera jamais…Ai-je bien fait ? Je l’espère ! C’est si peu pour nous Occidentaux, mais hélas trop peu pour que sa fille puisse aller à l’école et accéder à une vie plus facile…

Nous revenons ensuite à l’hôtel, prenons une douche bien méritée, je trie mes photos, nous mangeons, et repartons en début d’après-midi. Frédéric, un éducateur de Tours qui voyage depuis presque 3 mois, voulait remonter sur Agra en bus ou train, mais il va finalement se joindre à moi pour y monter en 2 jours et aller voir le Taj Mahal. Cela fait beaucoup de route mais ce serait dommage de ne pas voir cette merveille.

Nous nous arrêtons pour la nuit à Bikaner, je suis épuisée après 6 heures de route et admire Moin, car la conduite est particulièrement stressante …

MERCREDI 20 AVRIL ;

Nous allons rejoindre Jaipur, où Moin verra s’il peut faire réparer la climatisation car elle fait vraiment défaut ! Nous ne sommes pas bien loin du désert et sur notre route nous croisons au fil de la matinée des dizaines, voire des centaines de chameaux attelés et portant de lourdes charges.Très souvent il s’agit de cargaisons de pierre. Que ce soit du marbre, du grès rouge ou de la belle pierre blonde, l’Inde semble un grand exportateur de pierre car dans tous les coins du Rajasthan nous avons vu de très nombreuses carrières. De Bîkaner, nous faisons d’abord un crochet d’une quarantaine de kms pour aller voir le temple des rats !! Selon une légende les enfants d’un village se réincarnent en rats donc ils sont protégés et grouillent dans ce temple, où on les nourrit et en prend soin ! C’est assez bizarre..Je prends des photos où on les voit boire sagement du lait, formant un grand cercle autour du plat …Revenus à Bikaner, nous entamons la longue remontée ( 6 h) vers Jaipur , mais faisons un petit arrêt en route car nous crevons ! Il faut donc immédiatement réparer car on ne peut prendre le risque de ne pas avoir de roue de secours. Un petit atelier de réparation sur le bord de la route, semblable à tous ceux que l’on peut trouver à Madagascar ou dans tous les pays en voie de développement, va nous dépanner. Frédéric est étonné de voir que l’ouvrier met une rustine en papier journal…C’est également lui qui me fait remarquer (car je détourne pudiquement le regard chaque fois que Moin s’éloigne) que celui-ci urine assis …Je réalise que j’ai vu plusieurs hommes faire de même , mais sans comprendre qu’ils urinaient …Etrange ! Ne pouvant aborder le sujet avec le principal intéressé, je n’en saurai pas plus …L’après-midi est longue et il fait encore très chaud, 40° environ…C’est avec bonheur que je prends possession de ma chambre à Jaipur, ( hôtel Moon light 600 roupies) avec, cerise sur le gâteau, une bonne connection de wifi !

JEUDI 21 AVRIL :

Nous quittons l’hôtel de Jaipur vers 10 heures, direction Agra et le fameux Taj Mahal. Comme je suis restée jusqu’à trois heures du matin à profiter de la wifi , chargeant mes photos et même appelée sur Skype, le réveil a été dur ! Nous mettons une heure pour sortir de Jaipur, par des quartiers très populaires, voire miséreux que je n’avais pas vus en arrivant. Ensuite heureusement, la route est bonne, ce sont majoritairement des autoroutes à péage, même si on y rencontre nombre de chameaux attelés et même un important troupeau de moutons ! Hélas, la clim n’a pas pu être réparée en si peu de temps ! Nous mettrons cinq heures au total, longeant surtout des plaines cultivées, pour faire les Kms entre Jaipur et Agra . Moin, qui dans ses petits carnets, a un réseau de contacts pour chaque ville, nous a trouvé (nous le découvrons) un guide sensé parler un bon français. Hélas, ce n’est pas vraiment le cas ! Néanmoins cette personne nous fera gagner du temps dans la longue file des contrôles de sécurité et mise en consigne : la liste des produits ou articles interdits est longue, du téléphone portable aux cigarettes. Moin déteste Agra et m’avait prévenue : ici tout est cher, la ville est sale et les gens peu aimables …Il essaie en principe de programmer l’excursion sur une journée, d’autant que comme on change d’état, les taxis et voitures transportant des touristes doivent verser des taxes de 400 roupies par jour, une somme !

Nous voici en face du Taj Mahal, ce chef d’œuvre de l’art mohol, élevé en 22 ans par 20000 ouvriers en hommage (légende controversée aujourd’hui !) à la femme de l’empereur Shah Jahan, morte en couches et ayant laissé le cœur du souverain dévasté….C’est un beau monument, c’est vrai, à la fois aérien et gigantesque, et lorsqu’on le découvre après la grande porte de grès rouge, flanqué de part et d’autre de deux édifices également rouges, et se reflétant dans les bassins, la vision est magnifique…Cependant , loin de ressentir la même émotion qu’au Machu Picchu, je trouve sa réputation de première merveille du monde un peu usurpée…Et que dire de l’intendance et des à-côtés ? Je ne peux m’empêcher de faire remarquer au responsable des toilettes payantes – alors que l’entrée coûte 750 roupies ! – qui sont dans l’enceinte du Taj Mahal, qu’il faudrait au moins installer une poubelle dans chaque WC : le site reçoit en effet environ 15 000 personnes par jour, et dans les toilettes sales on trouve des garnitures périodiques souillées…

Bien qu’il ait payé les 800 roupies dues pour deux jours à Agra, il apparaît vite que Moin n’a pas envie d’y dormir ! Il propose de continuer soit sur Fatehpur Sikri soit sur , à une heure de là, pour dormir dans la campagne et visiter le site demain matin. Soit ! Nous repartons donc vers Fatehpur et pour sortir de la ville, en découvrons l’activité nocturne, amplifiée à la relative fraicheur de la nuit .Quasiment impossible de circuler par endroit : les rues grouillent de monde, mille activités prennent place dans les rues où voitures, rickshaws, camions, vélos et piétons essaient de coexister en s’invectivant copieusement ! Je demande s’il y a un évènement spécial, non, c’est juste un soir ordinaire !

A Fatehpur Sikri, nous atterrissons dans une pension vraiment basique mais sympa où ma chambre est à 400 roupies et où, oh surprise, il y a de l’eau chaude ! Cela a été très rare durant ce séjour mais vue la chaleur générale, je n’ai jamais souffert d’avoir des douches « froides » …Globalement j’ai toujours été très étonnée de la qualité générale des literies ; pas de matelas défoncé comme à Madagascar ou certains endroits à Bali ou en Thaïlande, pour des prix moindres, il est vrai.Les branchements électriques sont du même niveau en revanche, la palme revenant à où la prise était carrément dans la partie douche …

VENDREDI 22 AVRIL :

Je pars visiter la cité fantôme de Fatephur Sikri, le maharajah Akbar l’avait fait bâtir en tant que capitale de son royaume, mais en raison d’un manque chronique d’eau et malgré toutes les solutions d’irrigation apportées par les ingénieurs de l’époque, la cité a été complètement abandonnée 25 ans après la mort du monarque. Nous sommes quasiment dans le désert et la ville ne vit que du tourisme, donc je suis sollicitée en permanence et c’est un peu pénible. Je fais néanmoins quelques achats , principalement pour des cadeaux Le site en lui-même, tout de grès rouge, est très vaste et impressionnant, avec quelques beaux monuments , mais oserais je dire que je suis un peu lassée de tous ces palais et forts ? Ensuite nous reprenons la route jusqu’à Jaipur, il fait vraiment chaud et l’air conditionné, en panne depuis 4 jours, ne serait pas un luxe…En plus, je suis à nouveau malade !! Je reviens au même hôtel, Moonlight palace, où je reprends la même chambre mais soupe d’un Coca sans bulles !

SAMEDI 23 AVRIL :

Dernière journée dans le Rajasthan ! Moin doit revenir me chercher vers 11 h donc en attendant je trie mes photos et continue à rattraper le retard pris dans mon compte-rendu. Je suis curieuse de savoir si Moin a pu avoir un rendez-vous pour moi avec le « gourou » dont il m’a parlé , c’est oui ! En attendant nous passons récupérer un de ses amis qui avait les coordonnées de cette personne puis nous allons au garage finaliser la réparation de l’air conditionné. Enfin nous allons chez le gourou, dont la famille tient une boutique .L’ami de Moin m’a prévenue que cette personne fait partie d’une famille très riche, est née au Canada et parle un anglais parfait : rien à voir donc avec l’image stéréotypée du mystique hindou !!Effectivement je me retrouve en face d’un monsieur très ordinaire qui ne me pose aucune question, prend ma main …et au bout d’une minute, je suis en larmes ! Je ne vais pas m’étendre sur le sujet mais certaines personnes ont des dons, ce qu’il m’a dit était d’une justesse renversante et je vais réfléchir à ses conseils. Pour être tout à fait honnête, je précise que je lui achète une pierre sensée m’être bénéfique mais c’est mon choix, dans l’idée d’aller jusqu’au bout de la démarche …ses consultations sont gratuites. Le reste de l’après-midi est consacré au shopping : j’achète une jolie gravure du Kama Sutra, que j’encadrerai sans doute un jour. L’artisanat indien comporte beaucoup de miniatures de tous thèmes (chasse, vie à la cour…) , peintes avec une minutie extrême et parfois des pinceaux à un poil ! Je la paye sans doute un peu cher (40 euros) mais je ne retrouverais pas la même en Europe ! Ensuite Moin m’emmène dans une fabrique de textile où je fais l’emplette de quelques tee-shirts et sarouels, toujours pour offrir. Je termine en reprenant quelques sachets d’épices. Je dépose tout cela à l’hôtel : juste le temps de me doucher et nous repartons à 19h 30 car pour le dernier soir, Moin m’a conseillé d’assister à un spectacle de danse avec animation et repas. Frédéric, qui doit repartir le lendemain retrouver une amie à Bénarès, m’accompagne. Pendant le trajet, je continue à discuter avec Moin de sa vie, et de la société indienne, et, en fonction de précédentes lectures, lui demande s’il est vraiment dur d’avoir 3 filles en Inde ( il a 3 filles et un garçon) . Il me le confirme car il devra payer 3 mariages pour ses filles, aider au mariage de ses nièces et son frère et lui sont en plus conjointement responsables des mariages de leurs 2 sœurs. Une de leurs sœurs se marie justement dans deux mois , et pour eux, cela signifie, même s’ils sont tout juste de la classe moyenne, une fête avec 1500 invités, le mobilier et toutes les fournitures d’équipement d’un ménage, des cadeaux ( bijoux, armes..) pour les parents du futur beau-frère…tout cela pour un montant qui me parait exorbitant de 450 000 roupies, plus de 8000 euros…Moin m’explique que sa femme et lui ne sortent jamais, qu’il ne fait que travailler et travailler, pour économiser de l’argent, parce que son ainée a déjà 13 ans et que toute sa vie, il ira d’emprunt en emprunt pour établir ses soeurs puis filles dans la vie…Il me confie que sa vie est dure et que s’il fait souvent le clown parce que c’est son boulot d’être amical et de tout faire pour ses clients , c’est aussi une discipline…

Nous voici à…( nom à rechercher!!) . C ‘est effectivement assez sympa et inattendu, quelque chose entre le restaurant touristique et le parc d’attraction. Il y a énormément de monde, principalement des familles indiennes (d’ailleurs, le prix est très raisonnable : 350 roupies) et tout est bien organisé, avec quelques animations de danse, massage, tour d’éléphant ou de chameau…Seul bémol : le repas étant principalement destiné aux locaux, c’est tellement épicé que je ne mange quasiment rien , et Frédéric guère plus ! De retour, vers minuit , épuisée, je boucle ma valise et mets mon alarme sur 5 h 45…

Dimanche 25 Avril; le retour!!

le voyage de retour se passse bien je n’ai qu’un stop et les avions sont à l’heure.J’apprécie d’être seule de d’avoir ce sas de décompression entre cette fantastique aventure et ma vie anglaise, d’autant que la visite au gourou m’a fait un certain effet…Durant le trajet, je me remémore tous les jours et expériences passsés, réalisant une fois de plus la vie privilégiée et excitante que j’ai, et réfléchissant à de prochaines aventures…

De façon amusante, celui qui est en retard à Heathrow , c’est Clément ! Alors qu’Amélie est en train de m’attendre paisiblement après son voyage de 15 heures, lui n’est toujours pas là et je pense évidemment qu’il a été bloqué par le controle de l’immigration, comme d’habitude et bien que je lui aie donné tous les documents justifiant de son statut légal en Angleterre ( puisqu’apparemment un passeport français ne suffit pas quand on est noir …bon, je me calme…)….En fait cette fois-ci c’est Air France qui est en retard ! Nous devons courir pour attraper notre bus.Amélie est déjà à bord et implore le chauffeur de nous attendre une minute ou deux pendant que nous courons dans les couloirs ….Il s’en faut de quelques secondes mais ouf, nous avons notre bus, même si nous sommes très mal accueillis par le chauffeur qui doit redescendre, ouvrir la soute et finalement partir à 20h 31 au lieu de 20h30…ce n’est pas grave!

Nous sommes contents de nous retrouver après ces deux semaines et de commencer à raconter nos vacances respectives….Voici la fin de cette aventure… Quelle sera la prochaine? J’ai quelques idées ….:=)

Catalunya : Mars-April 2011

April8

Great breaks with Amélie ,  Clément, Josep and  John, then  Kaori and David !

Vilanova i la Geltru, Gerona, Barcelona, Sitgès, Vilafranca…

Santa Susanna, San Pol de Mar, Blanès, Barcelona again…

 Art ,  culture, sun, great food and sangria, and overall sincere friendship…..I could easily get used to this  life ….

I particularly like the idea of “human towers” as a metaphor of friendship, as you have to trust other people to  catch you up when you fall down….or are about to fall down…

I will come back!!!

Prague: January 2011

March11

A  GREAT four-day break !!! Visiting and  strolling in Prague…. Minus 7° on day and some snowflakes, but fortunately hot wine sold anywhere  to give heart :)

 I attented an opera , and went twice to listen jazz in arched cellars…..

It was magical….